HOCKEY

1976-1977 - LNH

Ligue nationale de hockey

60 victoires !

L’année précédente, ils avaient amassé 58 victoires et 127 points. Difficile de faire mieux. Pourtant l’édition 1976-1977 des Canadiens de Montréal fut, selon un bon nombre d’experts, la meilleure équipe de tous les temps. Une machine de hockey parfaitement réglé par son entraîneur Scotty Bowman. Une formation sans véritable faille, capable de poésie sur la glace.

Les Canadiens de Montréal furent dans une ligue à part où les 17 autres équipes firent de la figuration, presque des partenaires d’entraînements. Ils présentèrent un dossier de 60 victoires, huit défaites, 12 matchs nuls et 132 points. Ils établirent des records pour le plus de victoires et de points et le moins de défaites dans une saison d’au moins 70 matchs.

Montréal gagna le titre de sa division par 49 points devant les Kings de Los Angeles et celui de classement général par 20 points devant les Flyers de Philadelphie, qui avaient pourtant connu une très bonne saison avec 112 points. Au cours de cette saison inoubliable pour les partisans de la Sainte-Flanelle, les Canadiens ne subirent qu’une seule défaite à domicile et pendant 38 matchs, du 1er novembre au 26 avril (incluant les éliminatoires), ils furent invaincus au Forum.

Les vedettes étaient nombreuses à Montréal. L’attaque était dirigée par Guy Lafleur, meilleur pointeur de la LNH avec 136 points, dont 56 buts et gagnant des trophées Art-Ross, Hart et Conn-Smythe. Son coéquipier Steve Shutt domina la ligue avec 60 buts, un record pour un ailier gauche. La brigade défensive était la plus solide avec le fameux «Big Three» composé de Serge Savard, Guy Lapointe et Larry Robinson gagnant du trophée James-Norris. Et si une équipe perçait ce trio de défenseurs vedettes, Ken Dryden, solide comme le roc, effectuait les arrêts.

En séries éliminatoires, le rouleau compresseur tricolore remporta 12 de ses 14 matchs, en route vers une deuxième coupe Stanley consécutive. Les Canadiens ont battu en quatre matchs les Blues de Saint Louis en quarts de finale, puis ont mis six parties pour éliminer les Islanders de New York en demi-finales. Puis ils ont balayé les Bruins de Boston en quatre matchs en finale.

Avant le début de la saison deux concessions furent déménagées. Les Seals de la Californie, près de la faillite, furent transférés à Cleveland où ils devinrent les Barons. La ville et le surnom changèrent, mais les performances pitoyables demeurèrent. Une autre concession fut en difficulté : les Scouts de Kansas City. Gagnant de 27 matchs à leurs deux premières saisons, les Scouts furent achetés par le millionnaire Jack Vickers qui les déménagea au Colorado. À leur première année à Denver, les Rockies ne remportèrent que 20 parties.

Une époque glorieuse prit fin à Boston quand Bobby Orr quitta les Bruins après avoir signé un contrat comme joueur autonome avec les Black Hawks de Chicago. Orr, gagnant de huit trophées James-Norris consécutifs et incommodé par des blessures aux genoux, ne disputa que 20 matchs avec sa nouvelle équipe.

Plusieurs joueurs atteignirent des plateaux important au cours de la saison : le 19 février, Rodrigue Gilbert des Rangers de New York atteignit le plateau des 1000 points, alors que son ancien coéquipier Jean Ratelle, maintenant un Bruin, a fait de même le 3 avril. Le 27 février, Stan Mikita, reconnu pour ses talents de fabricant de jeux, marqua son 500e but en carrière.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1976-1977

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1976-1977

    LIRE
  • 03 – Trophées 1976-1977

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1976-1977

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1976-1977

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1976-1977

    LIRE
  • 07 – Repêchage amateur 1977

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Cleveland, Barons - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Cleveland, Barons - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Colorado, Rockies - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Colorado, Rockies - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE
  • Washington, Capitals - 1976-1977 (calendrier)

    LIRE
  • Washington, Capitals - 1976-1977 (statistiques)

    LIRE