HOCKEY

1973-1974 - LNH

Ligue nationale de hockey

Le règne des Broad Street Bullies

Les Flyers de Philadelphie, alias les Broad Street Bullies, l’équipe la plus détestée, la plus colorée, la plus controversée du hockey professionnel, sont devenus en 1973-1974 la formation la plus célèbre, la plus populaire de la LNH et surtout une équipe championne. Le lunatique entraîneur des Flyers de Philadelphie Fred Shero préconisait un style de jeu axé sur l’intimidation et la violence où chaque partie devait être une guerre de tranchée. Selon Shero, la violence était essentielle au succès des Flyers, car un joueur gisant sur la glace ne pouvait marquer de buts. En 1973-1974, les Flyers accumulèrent plus de 1 750 minutes de pénalité, soit 600 minutes de plus que la deuxième équipe la plus punie, alors que Dave Schultz, surnommé le «Hammer», fit figure de héros dans la ville de l’amour fraternel avec 348 minutes au cachot.

Le directeur-gérant des Flyers, Keith Allen bâtit une équipe équilibrée, grâce à une combinaison de bonnes sélections au repêchage et de judicieux échanges. Par la voie du repêchage, il acquit entre autres, Bobby Clarke le leader de l’équipe, Bill Barber, Jim Watson et Tom Bladon. Il transigea pour obtenir les services des Rick MacLeish, Reggie Leach, André Dupont et Barry Ashbee. De plus, il rapatria Bernard Parent de l’AMH.

Fred Shero eut le génie de bâtir une stratégie de jeu dont la pierre angulaire fut le gardien de but Bernard Parent. La défensive des Flyers, très hermétique, pouvait résister aux nombreux avantages numériques dont bénéficiaient les équipes adverses. L’intimidation, l’excellence en défensive et le bon jeu offensif des Clarke, Leach, MacLeish et Barber permirent aux Flyers d’amasser 112 points et 50 victoires et ainsi prendre le premier rang de la division Ouest. Bernard Parent a connu une saison de rêve avec 47 victoires, dont 12 par jeu blanc et une moyenne de 1,89.

Dans la division Est, les Bruins de Boston furent dans une classe à part. Ils présentèrent le meilleur dossier de la ligue, soit 113 points, et affichèrent la meilleure offensive, soit 349 buts. Les Bruins alignèrent les quatre premiers pointeurs de la LNH : Phil Esposito avec 145 points, dont 68 buts, Bobby Orr avec 122 points, dont 90 assistances, Ken Hodge avec 105 points, dont 50 buts et Wayne Cashman avec 89 points.

La finale de la coupe Stanley opposa Boston à Philadelphie. Qui allait l’emporter ? L’équipe la plus expérimentée qui possédait la meilleure offensive ou une jeune équipe assoiffée de victoires qui avait la meilleure défensive. Les Bruins gagnèrent le premier match 3-2, alors que Bobby Orr marqua le but vainqueur avec alors 22 secondes à jouer. Les Bruins filaient vers la victoire dans le deuxième match, quand André Dupont créa l’égalité dans la dernière minute de jeu en troisième période, puis Bobby Clarke enfila le but vainqueur en prolongation. Les Flyers remportèrent les matchs 3 et 4 sur la glace du Spectrum de Philadelphie et furent à une victoire de devenir la première équipe de l’expansion de 1967 à gagner la coupe Stanley. Après que Boston eut remporté la cinquième partie, les Flyers revinrent au Spectrum où ils gagnèrent 1-0. Rick MacLeish marqua le seul but de la rencontre et Parent récolta son deuxième jeu blanc des séries, lui qui reçut le trophée Conn-Smythe pour son excellence. Après ce triomphe, une chose fut certaine : les Broad Street Bullies savaient également joueur au hockey.

Le 20 décembre, Henri Richard des Canadiens amassa son 1000e point en carrière, alors que Phil Esposito atteignit cet illustre plateau le 15 février. Le 7 avril, Richard Martin des Sabres de Buffalo devint, à 22 ans, le plus jeune joueur à inscrire 50 buts en une saison. Il termina la campagne avec 52 buts.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1973-1974

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1973-1974

    LIRE
  • 03 – Trophées 1973-1974

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1973-1974

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1973-1974

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1973-1974

    LIRE
  • 07 – Repêchage amateur 1974

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1973-1974 (calendrier)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1973-1974 (statistiques)

    LIRE