HOCKEY

1972-1973 - LNH

Ligue nationale de hockey

L’AMH et la Série du siècle

Un mois après que les Bruins de Boston eurent remporté leur deuxième coupe Stanley en trois ans, la LNH a vécu des heures difficiles. En juin une nouvelle ébranla les structures du hockey, lorsque l’AMH annonça que le meilleur ailier gauche de la LNH Bobby Hull allait poursuivre sa carrière avec les Jets de Winnipeg. Hull signa un contrat de dix ans évalué à 2,75 millions de dollars, incluant un boni d’un million à la signature. La nouvelle a eu l’effet d’une bombe et a amorcé l’exode de près de 70 joueurs de la LNH vers le nouveau circuit. En juillet, le défenseur des Canadiens de Montréal Jean-Claude Tremblay s’est joint aux Nordiques de Québec. Les champions de la coupe Stanley ont perdu quatre joueurs clés : Gerry Cheevers (Crusaders de Cleveland), John McKenzie (Blazers de Philadelphie), Derek Sanderson (Blazers de Philadelphie) et Ted Green (Whalers de la Nouvelle-Angleterre). À travers la LNH un vent de panique a soufflé et plusieurs équipes allaient consentir des contrats exorbitants à leurs joueurs pour ne pas les perdre, ce fut le cas notamment des Rangers de New York qui délièrent les cordons de la bourse pour s’assurer que leurs joueurs vedettes demeurent dans le Big Apple.

La LNH allait prendre de court l’AMH en procédant à une autre expansion de deux équipes : les Flames d’Atlanta et les Islanders de New York. Les Islanders sont nés de la guerre que se livraient l’AMH et la LNH. Un nouvel aréna moderne, le Nassau Coliseum, venait d’être construit à Long Island et l’AMH, qui souhaitait occuper le marché new-yorkais, pensa implanter une équipe à Long Island, mais la LNH a agi plus rapidement qu’eux. Les Islanders choisirent 20 joueurs au repêchage d’expansion de la LNH et sept d’entre eux ont fait défection vers l’AMH. Les Islanders furent lamentables, subissant 60 défaites, un record de la LNH.

En septembre, les joueurs canadiens de la LNH durent défendre l’honneur de leur pays lors de la présentation de la Série du siècle, ce premier affrontement entre les hockeyeurs professionnels canadiens et l’équipe nationale soviétique. Du 2 au 8 septembre quatre matchs furent joués en sol canadien, puis du 22 au 28 septembre quatre parties furent disputées à Moscou. À la veille du premier match les experts canadiens prédisaient que les Canadiens gagneraient la série haut la main, la question était de savoir si les Soviétiques pourraient remporter une seule partie. De leur côté, les Soviétiques affirmèrent être venus «pour apprendre».

Le 2 septembre, la série s’amorça au Forum de Montréal et tous anticipaient une victoire facile des Canadiens. Après six minutes de jeu, le Canada menait 2-0 sur des buts de Phil Esposito et de Paul Henderson, mais les Soviétiques revinrent de l’arrière et gagnèrent la partie 7-3. L’U.R.S.S. infligea au Canada une dégelée qui ne fut pas encore oubliée. Et après les quatre premiers matchs, le Canada fut dans une position délicate avec un dossier d’une victoire, deux défaites et un match nul. À Moscou, la tâche s’annonçait très difficile.

Le 22 septembre la série redémarra et l’U.R.S.S. remporta ce match 5-4 ; les Soviétiques n’avaient besoin que d’un match nul pour enlever les honneurs de cette série. Contre toute attente, la formation canadienne, qui semblait battue, revint en force en gagnant le sixième match 3-2, puis le septième match 4-3, égalant ainsi la série. Lors du match décisif, l’U.R.S.S. menait 5-3 après 40 minutes de jeu ; Phil Esposito et Yvan Cournoyer marquèrent en troisième période pour créer l’égalité, puis avec 44 secondes à jouer Paul Henderson marqua le but plus célèbre du hockey canadien. Le Canada remporta la série avec une fiche de quatre victoires, trois défaites et un match nul. Mais le hockey sera plus jamais le même ; cet affrontement confirma l’excellence du hockey européen.

Dans la LNH, les Canadiens de Montréal et les Black Hawks de Chicago ont remporté les titres de leur division respective et se sont affrontés en finale de la coupe Stanley. Les Canadiens avaient connu leur meilleure saison de leur histoire avec un dossier de 120 points, dont 52 victoires. Montréal remporta la coupe Stanley en six matchs, alors que la série fut axée sur le jeu offensif puisque les deux équipes totalisèrent 56 buts. Le match décisif se termina 6-4.

Phil Esposito fut le meilleur pointeur de la ligue avec 130 points, dont 55 buts, mais le trophée Hart lui échappa à nouveau. Cette fois le gagnant fut le combatif joueur de centre des Flyers de Philadelphie Bobby Clarke, qui avait terminé au deuxième rang des pointeurs avec 104 points, dont 67 assistances.

Plusieurs joueurs atteignirent des plateaux importants en 1972-1973. Le 15 octobre, Stan Mikita des Black Hawks de Chicago récolta son 1000e point en carrière et le 9 novembre, John Bucyk des Bruins de Boston fit de même. Frank Mahovlich des Canadiens de Montréal, obtint son 1000e point le 17 février, alors que le 21 mars il marqua son 500e but en carrière.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1972-1973

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1972-1973

    LIRE
  • 03 – Trophées 1972-1973

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1972-1973

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1972-1973

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1972-1973

    LIRE
  • 07 – Repêchage amateur 1973

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Atlanta, Flames - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Islanders - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1972-1973 (calendrier)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1972-1973 (statistiques)

    LIRE