HOCKEY

1970-1971 - LNH

Ligue nationale de hockey

Ken Dryden arrête les puissants Big Bad Bruins

Deux nouvelles équipes se sont joints à la LNH : les Sabres de Buffalo et les Canucks de Vancouver, qui vont évoluer dans la division Est (Chicago est transféré dans la section Ouest). Elles n’ont pas présenté les pires dossiers de la ligue, puisqu’elles sont devancées par les Red Wings de Detroit et les Seals de la Californie.

À l’opposée une équipe fut dans une classe à part : les Bruins de Boston, qui ont dominé la ligue comme aucune autre formation ne l’avait fait auparavant. Jamais une équipe n’a amassé autant de points, 121 ou n’a récolté autant de victoires, 57. Et jamais une équipe n’a eu une offensive aussi dévastatrice : ils ont marqué 399 buts en 78 parties, soit une incroyable moyenne de 5 buts par matchs. Du jamais vu !

Les Bruins alignaient sept des onze premiers pointeurs de la LNH, dont les quatre premiers. Phil Esposito, pour un, a réécrit le livre des records des Bruins et de la LNH. Il a marqué 76 buts, fracassant le record de Bobby Hull par 18 buts, et a amassé 152 points. À une époque où seulement une dizaine de joueurs obtenaient une moyenne d’un point par match, celle d’Esposito avoisinait les deux points par match. Bobby Orr a été égal à lui-même, c’est-à-dire extraordinaire. Il fut, plus souvent qu’autrement, le quatrième attaquant des Bruins, comme en font foi ses 139 points et 102 assistances, un nouveau record. John Bucyk fut le troisième pointeur du circuit avec 116 points, dont 51 buts, et il fut suivi de Ken Hodge avec 105 points, dont 43 buts. Les Bruins sont devenus la première équipe de l’histoire de la LNH avec avoir dans ses rangs deux marqueurs de 50 buts et quatre joueurs ayant obtenu plus de 100 points.

Naturellement, les Bruins étaient largement favoris pour gagner la coupe Stanley. En quarts de finale, ils affrontèrent les Canadiens  de Montréal, une équipe qui, malgré son dossier de 97 points, souffrait de problèmes internes. Plusieurs joueurs, à commencer par Henri Richard, étaient en conflit avec leur entraîneur Al MacNeil. Au cours de la saison, MacNeil profita de deux changements apportés par le directeur-gérant Sam Pollock : le 13 janvier Montréal a fait l’acquisition de l’ailier gauche Frank Mahovlich des Red Wings de Detroit et en fin de saison Montréal a rappelé son club-école de la Ligue américaine de hockey, le gardien de but Ken Dryden.

Le pronostic des experts fut le suivant : les Bruins vont hacher menu les Canadiens, dont la faiblesse devant le but est évidente. La série s’amorça et MacNeil fit confiance à la recrue Ken Dryden, qui n’avait que six matchs d’expérience dans la LNH. Boston gagna le premier match 3-1 et prit une avance de 5-1 dans la deuxième partie. Les experts semblaient avoir raison, mais Montréal n’abandonna jamais, effectuant une remontée spectaculaire dans le deuxième match pour l’emporter 7-5. Ce match fut le point tournant de la série : Ken Dryden inspira ses coéquipiers avec des arrêts prodigieux et les Canadiens éliminèrent Boston en sept matchs, l’une des plus grosses surprises du sport professionnel.

Les Canadiens continuèrent sur leur lancée, battant en demi-finales les North Stars du Minnesota en six parties. En finale, Montréal affronta les Black Hawks de Chicago, qui avaient préalablement éliminé les Flyers de Philadelphie et les Rangers de New York. Après six matchs, la série était égale, les deux équipes ayant remporté leurs trois parties à domicile. Lors du match décisif, Chicago menait 2-0 à mi-chemin dans la rencontre, mais le capitaine des Canadiens Henri Richard joua les héros ; il marqua le but égalisateur à la fin de la deuxième période, puis tôt au troisième vingt il enfila le but de la victoire. Il s’agissait d’une dixième coupe Stanley pour Henri Richard. Les changements apportés par Pollock portèrent fruit : Mahovlich marqua 14 buts en séries, un sommet dans les séries de 1971 et Dryden obtint le trophée Conn-Smythe.

La saison 1970-1971 fut la dernière pour deux légendes du hockey. Jean Béliveau prit sa retraite au terme de la saison, lui qui amassa 507 buts et 1219 points en carrière. Après 25 saisons dans la LNH, Gordie Howe accrocha aussi ses patins à titre de meilleur marqueur de l’histoire de la LNH : il avait compté 786 buts, 1023 assistances et 1809 points. Trois ans plus tard, il effectua un retour au jeu avec les Aeros de Houston dans l’Association mondiale de hockey.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1970-1971

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1970-1971

    LIRE
  • 03 – Trophées 1970-1971

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1970-1971

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1970-1971

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1970-1971

    LIRE
  • 07 – Repêchage amateur 1971

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Buffalo, Sabres - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Californie, Golden Seals - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Los Angeles, Kings - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Minnesota, North Stars - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Philadelphie, Flyers - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Pittsburgh, Penguins - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Saint Louis, Blues - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1970-1971 (calendrier)

    LIRE
  • Vancouver, Canucks - 1970-1971 (statistiques)

    LIRE