HOCKEY

1957-1958 - LNH

Ligue nationale de hockey

Le 500e but de Maurice Richard

Depuis plus de quinze ans, Maurice Richard représentait l’excellence, le désir de vaincre, le courage. Un des meilleurs ailiers droits du hockey avec Gordie Howe des Red Wings, Richard a franchi une autre étape remarquable le 19 octobre 1957. Ce soir-là, il a déjoué Glenn Hall des Black Hawks de Chicago pour marquer son 500e but en carrière.

Moins d’un mois plus tard le Rocket se blessa gravement au tendon d’Achille, une blessure qui semblait hypothéquer sa carrière. En janvier, un autre ailier droit des Canadiens tomba au combat. Durant un exercice d’équipe Bernard Geoffrion se perfora l’intestin ; la blessure fut tellement grave qu’un prêtre lui administra les derniers sacrements, et une délicate opération chirurgicale lui sauva la vie.

Malgré l’absence de Richard et Geoffrion, les Canadiens de Montréal dominèrent la LNH avec un dossier de 96 points. Montréal présenta la meilleure offensive (250 buts) et la meilleure défensive (158 buts). Sans ses deux piliers offensifs, les Canadiens se tournèrent vers Dickie Moore et Henri Richard pour relancer l’attaque. Tout au long de la saison Moore, Henri Richard et Andy Bathgate, des Rangers de New York luttèrent pour le trophée Art-Ross. Moore se brisa le poignet gauche, mais il insista pour continuer malgré cette blessure. Il joua le dernier mois de la saison avec un plâtre, ne manquant aucun match et remportant le titre des marqueurs devant Richard et Bathgate.

Les Rangers de New York furent l’équipe surprise de la LNH avec une deuxième place au classement et 77 points. New York misait sur des excellents marqueurs : Andy Bathgate qui récolta 78 points, dont 30 buts et Camille Henry qui compta 32 buts. Sur le plan défensif, Lorne Worsley présenta la deuxième meilleure moyenne après Jacques Plante des Canadiens.

En demi-finale, Montréal battit facilement les Red Wings de Detroit en quatre matchs. Les Canadiens furent encore plus puissant puisque «Rocket» Richard et «Boom Boom» Geoffrion étaient de retour. En finale, Montréal élimina Boston en six parties. Le point tournant de la série fut le but en prolongation de Maurice Richard lors du cinquième match. La contribution des deux éclopés des Canadiens fut incroyable. Maurice Richard marqua 11 buts en 10 matchs, alors que Geoffrion amassa 11 points. Montréal égala le record des Maple Leafs de Toronto de 1947 à 1949 qui avaient remporté trois coupes Stanley consécutives.

En 1957-1958, deux jeunes ailiers gauches ont débuté leur carrière : Bobby Hull avec les Black Hawks de Chicago et Frank Mahovlich avec les Maple Leafs de Toronto, qui a reçu le trophée Calder. Au cours des quinze prochaines saisons, ces deux joueurs seront synonymes d’excellence sur le flanc gauche.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1957-1958

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1957-1958

    LIRE
  • 03 – Trophées 1957-1958

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1957-1958

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1957-1958

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1957-1958

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1957-1958 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1957-1958 (statistiques)

    LIRE