HOCKEY

1951-1952 - LNH

Ligue nationale de hockey

Parcours sans faute des Red Wings

Les Red Wings de Detroit étaient sans l’ombre d’un doute le club le plus puissant club de la ligue. Ils comptaient sur le meilleur gardien de but, soit Terry Sawchuk, Red Kelly était parmi l’élite des défenseurs, alors que la «Production Line» n’avait pas son égal. De plus les Wings, qui souhaitaient venger leur élimination rapide de l’année précédente, étaient assoiffés de victoires.

En saison, ils démontrèrent leur supériorité avec une récolte de 100 points, soit 22 de plus que les Canadiens de Montréal en deuxième position. Gordie Howe fut la vedette individuelle, remportant un deuxième titre des marqueurs avec 86 points, dont 47 buts. Il reçut les trophées Art-Ross et Hart. Son coéquipier Terry Sawchuk continua son excellent travail avec 44 victoires, dont 12 par jeu blanc et moyenne de 1,90 et il reçut le trophée Georges-Vézina.

Les Red Wings furent encore une fois les favoris pour remporter la coupe Stanley, mais les joueurs des Wings savaient très bien qu’ils n’avaient rien gagné. Depuis 1949 Detroit était constamment le choix des experts pour tout gagner, mais seulement en 1950 qu’ils remportèrent la coupe. L’équipe fut sur une mission dès le premier jour des séries. Ils ne firent pas de quartier aux Maple Leafs, éliminant Toronto en quatre matchs consécutifs.

Dans l’autre demi-finale, Boston et Montréal bataillèrent jusqu’à la limite des sept parties. En deuxième période du match décisif, les Canadiens perdirent les services de Maurice Richard lorsqu’il fut mis K-O par une solide mise en échec de Léo Labine. Richard revint au jeu en fin de troisième période alors que le score était de 1-1. À sa première présence sur la glace, il prit la rondelle dans son territoire et effectua une montée spectaculaire. Il se moqua de la défensive des Bruins et marqua le but vainqueur.

En finale, les Red Wings furent intraitables, balayant les Canadiens en quatre parties. La performance des Red Wings fut d’autant plus remarquable car ils limitèrent les Canadiens à seulement deux buts. La vedette des séries fut Terry Sawchuk qui n’accorda que cinq buts en huit matchs. Les Red Wings réussirent un parcours sans faute, gagnant leurs huit matchs éliminatoires.

Plusieurs exploits dignes de mention sont survenus en 1951-1952. Le 23 mars 1952, Bill Mosienko des Black Hawks de Chicago marqua trois buts en l’espace de 21 secondes dans une victoire de 7-6 contre les Rangers de New York.

À Montréal, Bernard Geoffrion a fait des débuts remarqués avec les Canadiens. Il devint le premier joueur à utiliser le lancé-frappé. Plusieurs s’amusèrent de sa façon bien à lui de tenter de déjouer le gardien, mais lorsqu’il accumula les buts, ils l’imitèrent. Geoffrion récolta 30 buts et 54 points et il mérita le trophée Calder.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1951-1952

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1951-1952

    LIRE
  • 03 – Trophées 1951-1952

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1951-1952

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1951-1952

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1951-1952

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1951-1952 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1951-1952 (statistiques)

    LIRE