HOCKEY

1950-1951 - LNH

Ligue nationale de hockey

Prolongations !

Les Red Wings de Detroit, champions de la coupe Stanley, ne sont pas assis sur leurs lauriers au cours de la saison morte. Leur directeur-gérant Jack Adams a fait son imitation de Conn Smythe et a effectué une transaction choc pour s’assurer que Detroit conserve la coupe. Il a échangé aux Black Hawks de Chicago Pete Babando, Al Dewsbury, Harry Lumley, Don Morrison et Jack Stewart en retour des attaquants Metro Prystai et Gaye Stewart, du défenseur Bob Goldham et du gardien de but Jim Henry.

Detroit pouvait se départir de leur gardien de but Harry Lumley, qui avait mené les Wings à la coupe Stanley en 1950, puisque un jeune cerbère fort prometteur du nom de Terry Sawchuk était prêt. Sawchuk a été d’office lors des 70 matchs des Wings, récoltant 11 jeux blancs et conservant une excellente moyenne de 1,99. Il a remporté le trophée Calder et est nommé sur la première équipe d’étoiles. De plus, il a établi un record avec 44 victoires.

Les Red Wings ont connu une saison de rêve. Ils ont amassé 101 points et sont devenus le premier club de l’histoire de la LNH à atteindre ce plateau. Par contre, ils n’ont devancé les Maple Leafs de Toronto que par six points. Sur le plan individuel, Gordie Howe, complètement remis de sa sérieuse blessure à la tête survenue lors des éliminatoires de l’année précédente, a effectué un retour en force, dominant la ligue pour le nombre de buts (43), d’assistances (43) et établissant même un nouveau record pour le plus de points (86).

Tous anticipaient une finale entre Detroit et Toronto. Les Maple Leafs ont obtenut aisément leur billet pour la finale, éliminant Boston en cinq matchs, mais les choses ne furent pas aussi faciles pour Detroit. Les Red Wings ont goûté à la médecine de Maurice Richard. Dans le premier match, le Rocket a marqué le but vainqueur en quatrième période de prolongation et dans le deuxième match, il a enfilé le but gagnant en troisième période de temps supplémentaire. Les Wings ne se sont pas remis de ces deux échecs crève-coeur et se sont inclinés en six matchs devant les Canadiens de Montréal, une équipe qui avait amassé 36 points de moins en saison.

La finale de la coupe Stanley a présenté du jeu équilibré dans chacune des parties. Les matchs sont tellement serrés qu’ils ont tous nécessité la prolongation. Du jamais vu dans la LNH ! Toronto a remporté le premier match grâce à un but de Sid Smith, alors que Maurice Richard a donné la victoire aux Canadiens dans le deuxième. Il s’agissait du troisième but en prolongation de Richard en 1951. Lors de la cinquième partie, Bill Barilko a joué les héros en marquant le but vainqueur à 2:53 de la première période de prolongation. L’opportunisme des Maple Leafs leur a valu une quatrième coupe Stanley en cinq ans.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1950-1951

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1950-1951

    LIRE
  • 03 – Trophées 1950-1951

    LIRE
  • 04 – Équipes d'étoiles 1950-1951

    LIRE
  • 05 - Les meneurs 1950-1951

    LIRE
  • 06 - Grandes dates 1950-1951

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • Boston, Bruins - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • Chicago, Black Hawks - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • Detroit, Red Wings - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • New York, Rangers - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1950-1951 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, Maple Leafs - 1950-1951 (statistiques)

    LIRE