HOCKEY

1919-1920 - LNH

Ligue nationale de hockey

À l'attaque !

Trois ans après s’être vu accordée une concession dans la LNH, la ville de Québec s’est enfin jointe au circuit Calder. Les Bulldogs ont débuté leurs activités et ont rapatrié plusieurs de leurs anciens joueurs, tel que l’as marqueur Joe Malone (des Canadiens), Harry Mummery (de Toronto) et Jack McDonald (des Canadiens). Malone continua son bon travail, récoltant 39 buts et 49 points, deux sommets en 1919-1920. Le 31 janvier, Malone enfila sept buts contre Toronto. Malgré les  exploits de Malone, les Bulldogs furent la risée du circuit avec un dossier de quatre victoires en 24 matchs.

Une autre formation a connu des difficultés soit celle de Toronto. Avant le début de la saison plusieurs de ses joueurs, dont Alf Skinner et Rusty Crawford, ont fait défection pour joindre la Ligue de la côte du Pacifique. L’équipe torontoise fut en complète reconstruction et changea même son surnom pour devenir les St. Patricks de Toronto.

Le jeu offensif fut à l’honneur. Le 10 janvier, Newsy Lalonde marqua six buts dans une victoire de 14-7 des Canadiens aux dépens des St. Patricks de Toronto. Le total de 21 buts en match demeure un record de la LNH. Le 3 mars, les Canadiens massacrèrent les Bulldogs 16-3, établissant un record qui existe toujours pour le plus de buts par une équipe en une partie.

La saison fut dominée par les Sénateurs d’Ottawa, qui remportèrent les titres de la première et de la deuxième moitié de la saison. Ottawa accéda ainsi directement à la finale de la coupe Stanley, sans avoir à disputer un match éliminatoire. Bien reposés, les Sénateurs accueillirent les Metropolitans de Seattle à l’occasion de la finale de la coupe Stanley. La série fut âprement disputée, Ottawa remportant les deux premiers matchs, alors que Seattle enleva les deux matchs suivants. Finalement les Sénateurs s’imposèrent par la marque de 6-1 lors de la partie décisive, qui fut jouée à Toronto. En effet, les quatrième et cinquième matchs furent disputés à Toronto afin d’être joué sur une patinoire avec une glace artificielle. La température trop clémente chassa les deux équipes d’Ottawa.

ARTICLES ANNEXES

  • 01 – Classement final 1919-1920

    LIRE
  • 02 – Séries éliminatoires 1919-1920

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1919-1920 (calendrier)

    LIRE
  • Montréal, Canadiens - 1919-1920 (statistiques)

    LIRE
  • Ottawa, Sénateurs - 1919-1920 (calendrier)

    LIRE
  • Ottawa, Sénateurs - 1919-1920 (statistiques)

    LIRE
  • Québec, Bulldogs - 1919-1920 (calendrier)

    LIRE
  • Québec, Bulldogs - 1919-1920 (statistiques)

    LIRE
  • Toronto, St. Patricks - 1919-1920 (calendrier)

    LIRE
  • Toronto, St. Patricks - 1919-1920 (statistiques)

    LIRE