DICTIONNAIRE
DES SPORTS DU
QUÉBEC

Fréchette, Sylvie

nage synchronisée

Née le 27 juin 1967 à Montréal. Discipline : nage synchronisée.

Quadruple championne du Canada (solo) de 1989 à 1992. Elle fut éliminée de la sélection olympique canadienne de 1988 en raison de son refus de s'établir à Calgary, lieu d'entraînement de l'équipe. Médaillée d'or (solo) aux Jeux du Commonwealth d'Édimbourg en 1986 et aux Jeux du Commonwealth d'Auckland en 1990 et médaillée d'argent (solo) aux Jeux panaméricains d'Indianapolis en 1987. Aux championnats du monde de 1991, disputés, à Perth, en Australie, elle établit un record mondial avec 201,013 points.

Aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, elle remporta la médaille d'argent dans la controverse. Lors des exercices imposés, elle fut victime d'une injustice. Pour son albatros, l'un des quatre mouvements au programme des imposés, Fréchette n'obtint que 8,7 points de la part de la juge brésilienne, une note anormalement faible pour une nageuse de son niveau. En réalité, la juge brésilienne avait voulu donner 9,7. Aussitôt, elle demanda l'aide de la juge en chef, l'Américaine Judy McGowan, afin de corriger son erreur. McGowan refusa catégoriquement, prétextant que les règlements interdisaient la modification des notes. Résultat; au lieu d'être à égalité avec l'Américaine Kristen Baab-Sprague, Fréchette accusait un retard de 0,251 point, ce qui est énorme en nage synchronisée; d'autant que les exercices imposés représentent 50 % de la note finale. Malgré cette controverse, Fréchette nagea avec brio lors du programme libre, mais ce ne fut pas suffisant pour devancer l'Américaine. Classement final: Baab-Sprague, première avec 191,848 points, Fréchette, deuxième avec 191,717 points. N'eût-été de cette grossière erreur, Sylvie Fréchette aurait terminé la compétition avec 191,887 points, ce qui lui aurait valu la médaille d'or.

Les interventions des dignitaires canadiens ne changèrent rien au classement final et Fréchette quitta la Catalogne vice-championne olympique. Plus d'un an après ces événements, le CIO corrigea cette bourde et lui remit la médaille d'or, ex-aequo avec Kristen Baab-Sprague. Juste retour des choses pour cette championne déjà durement éprouvée, son compagnon s'étant enlevé la vie quelques semaines avant cette compétition.

Elle prit sa retraite après les Jeux de Barcelone, mais revint à la compétition deux ans plus tard. Elle fut membre de l'équipe canadienne qui remporta la médaille d'argent aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996.

Elle sera chef de mission adjointe de la formation olympique canadienne aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Intronisée au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec (1997), au Temple de la renommée des sports du Canada (1999) et au Temple de la renommée olympique du Canada (2006). Nommée athlète féminine de l'année en 1989 par le Fédération aquatique du Canada. Gagnante du prix Maurice-Richard (1990). Athlète par excellence du Mérite sportif québécois (1991, 1992).