DICTIONNAIRE
DES SPORTS DU
QUÉBEC

Ligue canadienne de football

ligues

Créé en janvier 1956 à la suite de la fusion des ligues interprovinciales de l'Est et de l'Ouest, le Conseil canadien du football fut rebaptisé, deux ans plus tard, Ligue canadienne de football. À l'origine, le circuit comptait neuf formations: les Alouettes de Montréal, les Rough Riders d'Ottawa, les Argonauts de Toronto, les Tiger Cats de Hamilton, les Blue Bombers de Winnipeg, les Roughriders de la Saskatchewan, les Stampeders de Calgary, les Eskimos d'Edmonton et les Lions de la Colombie-Britannique.

La ligue était divisée en deux conférences (Est et Ouest) et ce n'est qu'en 1961 qu'eurent lieu les premières rencontres interconférences, si on exclut, bien sûr, la finale de la coupe Grey. À la fin des années 1970 et au début de la décennie suivante, la Ligue canadienne connut une période de grande prospérité. La moitié des formations emménagèrent dans de nouveaux stades qui leurs procurèrent de nouveaux revenus. En 1977 les Alouettes attirèrent en moyenne 68 000 spectateurs par rencontre, alors qu'Edmonton conserva une moyenne de 56 000 partisans au cours de la saison de 1982.

La situation se détériora rapidement dans les années 1980. Les Alouettes firent faillite en 1981 et furent remplacés par les Concordes en 1982, mais la football canadien agonisera à Montréal jusqu'en 1987, année où le club montréalais disparut. Dans tout le circuit, les assistances chutèrent et chaque année les clubs luttaient pour assurer leur survie financière.

Au début des années 1990, un vent d'optimisme souffla sur le circuit canadien après l'arrivée du nouveau commissaire, Larry Smith. Les équipes de Calgary et de Toronto se sont stabilisées financièrement et la ligue procéda à une première expansion aux États-Unis. Sacramento devint en 1993 la première formation américaine à jouer dans la Ligue canadienne. Par la suite, Baltimore, Shreveport, Las Vegas, San Antonio (anciennement Sacramento), Birmingham et Memphis se joignirent au circuit. La Ligue canadienne semblait avoir trouvé son salut du côté américain. Malheureusement, le football à la sauce canadienne est difficile à vendre au public américain. Las Vegas, Memphis, Birmingham et Shreveport mirent fin à leurs activités après une seule saison, alors que Baltimore fut contraint de déménager à Montréal en 1996.