DICTIONNAIRE
DES SPORTS DU
QUÉBEC

Cousineau, Marilou

gymnastique

Née le 19 septembre 1978 à Repentigny. Discipline : gymnastique.

Elle a débuté la gymnastique artistique à l’âge de 5 ans et dès l’âge de 9 ans, elle s’est joint au prestigieux club Gymnix. À l’âge de 11 ans, elle participait à sa première compétition internationale, le trophée Massilia disputé à Marseille.

Dès l’âge de 9 ans, elle devenait la première Québécoise à exécuter un double salto arrière au sol lors d’une compétition.

Championne québécoise au niveau novice en 1990 et au niveau junior en 1991. En 1993, elle est sacrée championne canadienne senior. Cousineau fut membre de l’équipe nationale senior féminine, représentant le Canada à plusieurs compétitions internationales, dont à cinq éditions des championnats du monde. À ce jour, Marilou Cousineau détient toujours cette marque canadienne.

Aux championnats mondiaux, elle a pris part à ceux de Birmingham en Angleterre en 1993, de Brisbane en Australie en 1994, de Dortmund en Allemagne en 1994, de Sabaye au Japon en 1995 et à ceux de San Juan à Porto Rico en 1996. À Brisbane en 1994, Cousineau s’est classée en 24e position du concours multiple individuel, en 17e  position au sol et au 18e rang aux barres asymétriques.

La plus prestigieuse médaille de sa carrière, Cousineau l’a obtenu aux Internationaux de France en 1996, alors qu’elle a terminé au deuxième rang au cheval sautoir ; elle réussissait une meilleure prestation à cet engin que la co-championne du monde.

En 1994, Marilou Cousineau a laissé sa marque dans l’univers de la gymnastique québécoise alors qu’elle est devenue la première Québécoise à inscrire son nom dans le code de pointage de la fédération internationale de gymnastique avec un élément acrobatique innovateur à la poutre. Cette manœuvre sera nommée « le Cousineau ».

Au terme de sa carrière en gymnastique, Cousineau fut artiste-acrobate pour le spectacle La Nouba du Cirque du Soleil présenté à Walt Disney World. Elle est maintenant coordonnatrice et enseignante en arts du cirque pour l’École nationale de cirque.

Intronisée au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec (2013). Récipiendaire du Mercurialis de l’année par le club Gymnix (1988). Nommée l’athlète de l’année par le Fédération canadienne de gymnastique (1993-1994) et l’athlète de l’année par la Fédération de gymnastique du Québec (1996). Récipiendaire du prix Marcel-Bonin (1995) et du prix Philippe-Chartrand (1996).